Les Mondes de Nessa D.

Liferoad knitting
Retour en haut

Accueil > Liferoad & blabla > Journal de bord #3 : Février et son lot de surprises

dimanche, le 5 mars 2017.

Journal de bord #3 : Février et son lot de surprises

2017 - Semaine 9 : Liferoad bilan mensuel

Chers lecteurs,

C’est le moment du petit bilan mensuel qui nous permet, à vous et à moi, de voir l’état d’avancement de mes projets pour sortir du train-train et donc que c’est possible ! D’ailleurs, il va sans dire que février a dépoté !

Avant de développer tout ça, je tiens à vous remercier de me lire plus nombreux chaque semaine. J’espère que ce n’est qu’un début et je vous encourage, si vous souhaitez me soutenir, à partager mes articles sur les réseaux sociaux et/ou à me laisser un petit commentaire sur le blog. Ce dernier ne fait que se développer et les plus fidèles d’entre vous seront certainement récompensés à terme (concours etc, oui oui ça viendra ;) )

Deux énormes changements...

Premier projet à s’être réalisé bien plus tôt que je ne l’espérais : la réduction de mon temps de travail ! A partir du mois d’août, je vais passer à 4/5e ! Chacune de mes semaines comptera alors au minimum trois jours de weekend ! Tu imagines les possibilités qui s’ouvrent à moi - et par extension à mes proches ? Certaines personnes me demandent ce que je vais faire de ce jour extra en dehors du bureau, difficile à dire, plein de choses c’est certain ! Des choses que je pourrai partager avec vous sur le blog. Si tu as râté mon article t’annoncant la bonne nouvelle, c’est ici.

Autre projet concrétisé et un peu sorti de nulle part : le changement d’école du loulou. Je ne vais pas rentrer dans les détails car ce qui concerne le loulou relève de sa vie privée. Ce que je peux te dire c’est que ce changement est un énorme soulagement, pour lui, pour nous et à coup sûr un mieux à différents niveaux. La rentrée prochaine sera complètement incroyable entre la nouvelle école et mon 4/5e. Je voulais une baisse de pression et je l’ai :)

Premiers pas dans le GAS

En février, nous avons aussi intégré un GAS (groupe d’achat solidaire dans lequel plusieurs familles/personnes se réunissent et s’organisent pour acheter directement aux producteurs). Tous les produits ne sont pas bio donc nous ne profitons pas de toute l’offre, mais elle est déjà bien suffisante pour nous combler. Etant donné que nous sommes encore en hiver, l’offre de légumes n’est pas mirobolante, il faut composer. Je rédigerai un article dédié plus tard dans l’année, quand je serai plus à l’aise avec le sujet. En attendant, je te montre le contenu de notre premier panier, pour un total de 43,90eur. La même commande passée via un intermédiaire ou achetée directement en magasin serait revenue à 99,90eur. Soit plus de 50% d’économies !

Voilà une économie en plus pour rendre le 4/5e viable. Nous avons bien sûr bien d’autres trucs et astuces pour diminuer les dépenses. Par exemple, ce mois-ci, j’ai tondu nos deux chiennes moi-même. Ce n’est pas une nouvelle habitude du tout, voilà déjà plusieurs années que j’ai investi dans une tondeuse pro. Autant vous dire que l’investissement est rentabilisé depuis longtemps. Bien sûr, cela demande du temps. En fait, dans un sens, c’est vrai que le temps, c’est de l’argent ou plutôt, l’argent c’est du temps, beaucoup de temps et d’argent pour payer d’autres personnes à faire des choses que vous pouvez faire vous-même au lieu d’être, par exemple, enfermé dans un bureau ;) Traquez les paradoxes ! Si ce sujet vous intéresse, dites-le moi, j’en ferai en article.

Dans ce même registre d’économies, mon compagnon m’a coupé les cheveux. C’est la deuxième fois qu’il le fait. On s’est lancé cet automne. Un tuto sur you tube, des ciseaux bien aiguisés et hop, c’était parti. Le tout c’est de se lancer et de dédramatiser. Si on n’y arrive pas, si on rate son coup, et bien... on devait aller chez le coiffeur de toute façon non ? ;)

Mes lectures

J’ai eu le temps de lire aussi, malheureusement je me considère toujours comme en panne de lecture puisque rien ne me convainc vraiment.

Sont passés dans mes mains en février : Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi, Hold-up à Bruxelles de José Bové, L’étranger de Camus.
Pour les deux premiers, je dirais que les contenus sont très intéressants pour qui découvre les sujets, mais honnêtement, je me suis tellement documentée là-dessus que je pense être arrivée à un point de saturation. Quant à L’étranger de Camus, qui est quand même un classique, si j’en ai très bien saisi le message, quelque chose d’un peu indicible m’a dérangée, m’empêchant de me sentir bien et de me laisser aller dans ma lecture. Je préfère donc vous partager ce que l’auteur en a dit (attention déflorage d’intrigue) :

« J’ai résumé L’Etranger, il y a très longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : ’Dans notre société, tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort.’ Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société où il vit, il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Et c’est pourquoi des lecteurs ont été tentés de le considérer comme une épave. On aura cependant une idée plus exacte du personnage, plus conforme en tout cas aux intentions de son auteur, si l’on se demande en quoi Meursault ne joue pas le jeu. La réponse est simple : il refuse de mentir. Mentir, ce n’est pas seulement dire ce qui n’est pas. C’est aussi, c’est surtout dire plus que ce qui est et, en ce qui concerne le cœur humain, dire plus qu’on ne sent. C’est ce que nous faisons tous, tous les jours, pour simplifier la vie... » Extrait de la préface à l’édition américaine, 1955, cité par Roger Grenier, Soleil et ombre, une biographie intellectuelle, Gallimard, 1987, Folio, 1991, p. 106-107. »

Knitting

Enfin, en février, j’ai tricoté aussi bien sûr ! Je suis toujours affairée sur mon snood en laine myrobolan et aiguilles 3. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis au rang 205 et je pense devoir en faire approximativement 358... J’ai hâte de te le montrer terminé.

J’ai également fabriqué des pompons ! Je ne savais que faire avec mes restes de laine synthétique dont je ne veux plus et je voulais apprendre quelque chose de créatif au loulou, le pompon s’est imposé. Je pense qu’au final, on va se retrouver avec des dizaines de ces adorables petites boules. Je ne sais pas encore ce qu’on en fera.

Je te laisse voir en exclusivité mon encours et deux des pompons pour terminer cet article sur une jolie note colorée.

Et toi, tu me parles de tes projets et de tes envies ?

Nessa D.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bienvenue !


... et bonne visite sur le blog ! Vous y trouverez surtout du tricot, mais aussi des sujets de "vie". Mes objectifs ? Moins de tripalium, plus de liberté, d’autonomie et de créativité ! Le tout le plus sainement possible, quel que soit le domaine. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ma page "A propos", directement dans le menu.

 
 

Me suivre, ailleurs ...


 

Mes instantanés...


 

Explorer les mondes